Mardi gras est devenu, pour beaucoup d’entre nous, la fête des crêpes et un jour de carnaval. Mais cela reste une date liée aux traditions chrétiennes.

Le dernier mardi “de gras”

Mardi gras ne tombe jamais à date fixe. Mais toujours un mardi, comme son nom l’indique. Ce jour dépend de la date de Pâques, il est fixé très exactement 47 jours avant. En effet, dans la tradition chrétienne, le mardi gras concluait autrefois une semaine « de gras » qui précédait un Carême de 40 jours – le Carême est une période de jeûne qui implique de « manger maigre » jusqu’à Pâques. Mardi gras donnait donc l’occasion de vider les placards et de festoyer afin de finir tous les aliments « gras » du foyer, dont la viande et les œufs.

Jour de beignets et de crêpes

Ce jour de mardi gras est marqué par des traditions gastronomiques populaires. On prépare toujours des crêpes mais aussi des “beignets de carnaval”, ou « bugnes ». Des beignets qui existaient déjà du temps de la Rome antique ! Crêpes et bugnes donnaient l’occasion de terminer les réserves en œufs et en sucre et permettaient de faire le plein d’énergie avant la période de jeûne. Aujourd’hui, c’est avant tout un péché de gourmandise partagé en famille et entre amis.

Le Carnaval aujourd’hui en France

Carnaval vient du latin carne levare, qui signifie “enlever la viande”, c’est-à-dire se préparer au Carême. Temps traditionnel de divertissement et d’oubli joyeux des soucis de la vie avant la période austère de Carême, il y a pour Mardi gras des carnavals un peu partout en France, à Dunkerque, Cholet, Nantes, Cherbourg, Mulhouse, Chalon-sur-Saône, Albi… À signaler tout particulièrement, le carnaval de Nice, qui est le premier carnaval en France, et l’un des plus célèbres du monde, pour ses batailles de fleurs, ses grosses têtes en carton-pâte et ses chars fleuris.